Angola


Un volontaire missionnaire portugais affirme
que son expérience en Angola a "complètement"
changé sa vision du monde

 
 

Jorge Fernandes, originaire du Portugal, avec des enfants des rues auxquels il a enseigné en Angola. Crédit : Agenzia Info Salesiana (ANS)Jorge Fernandes, originaire du Portugal, avec des enfants des rues auxquels il a enseigné en Angola. Crédit : Agenzia Info Salesiana (ANS)

Un missionnaire salésien d'origine portugaise qui s'est porté volontaire pour servir les personnes vulnérables en Angola a raconté, dans un article, son expérience dans ce pays d'Afrique australe, affirmant que ses services parmi les habitants des bidonvilles ont "complètement" changé sa vision du monde.

Dans un article du mercredi 14 avril obtenu par ACI Afrique, Jorge Fernandes déclare : "J'ai vécu dans l'un des bidonvilles les plus dangereux d'Angola. J'ai goûté aux difficultés, aux besoins et aux joies des gens. Je suis allé dans une école pour enseigner aux enfants des rues. Cela m'a fait voir la vie sous un angle complètement différent."

Pour Fernandes, expert en ingénierie informatique et en gestion de projets, l'enseignement et l'interaction avec les enfants des rues pris en charge par les membres de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) lui ont permis de "vivre une vie complètement différente".

Évoquant sa décision de quitter la République tchèque, où il avait travaillé pendant trois ans comme développeur de logiciels pour l'Angola, il explique : "Je ne savais pas où j'allais ni ce que j'allais faire. Je voulais mieux comprendre le but de mon existence dans ce monde. Avant de partir, je me suis dit que je ferais 'tout ce qu'il faudrait'. ’”

Après une année de volontariat avec les membres des SDB dans l'archidiocèse de Luanda en Angola, Fernandes est de retour dans son pays natal, le Portugal. Il attribue sa capacité à être un bon enseignant à son service auprès des enfants vulnérables de cette nation d'Afrique australe.

"Je comprends maintenant que chacun de mes élèves a une histoire de vie qui mérite d'avoir son espace ; que l'école n'est pas seulement un endroit pour apprendre des choses, mais pour apprendre à être", reflète-t-il dans le rapport publié le 14 avril par Salesian Mission Newswire, le service d'information officiel des Missions salésiennes.

Il ajoute : "Cette nouvelle perspective post-missionnaire me rend aussi ouvert à ceux qui me sont confiés aujourd'hui dans mon travail au Portugal que je devais l'être à ceux avec qui j'étais en Angola en tant que missionnaire."

Dans l'archidiocèse de Luanda, les membres de l'Institut religieux fondé par Saint Jean Bosco facilitent l'éducation et l'hébergement des enfants sans abri et des jeunes filles à risque ; ils soutiennent les jeunes par le biais de programmes de développement social.

Leur apostolat auprès des enfants des rues de la capitale angolaise a commencé dans les années 1990, lorsque des groupes d'enfants fuyant la guerre civile angolaise de 1975-2002 ont "afflué" à Luanda pour y trouver refuge, indique le rapport intitulé "Angola : Un bénévole enseigne aux enfants des rues et gagne en perspective".

"Aujourd'hui, longtemps après la fin de la guerre, des enfants continuent de fuir leur foyer pour diverses raisons. Beaucoup s'enfuient de chez eux à cause de la négligence des parents, d'autres à la suite d'abus, et d'autres encore parce qu'on les prend pour des sorciers ou des sorcières qui apportent le malheur à leur famille", ajoute la direction de SDB.

Les missionnaires salésiens sont également engagés dans la reconstruction des infrastructures endommagées pendant la guerre de 27 ans qui a entraîné la perte d'au moins 500 000 vies et le déplacement de plus d'un million de personnes.

"Beaucoup de choses ont été détruites pendant le conflit, y compris des écoles, des bâtiments médicaux et des églises", indiquent les responsables des SDB dans le rapport, et ajoutent : "Vivant au sein des communautés dans lesquelles ils travaillent, les missionnaires salésiens ont été parfaitement positionnés pour répondre aux besoins locaux et mener des projets pour l'amélioration de la communauté."

Dans le rapport du 14 avril, la direction de SDB affirme que, bien que la guerre ait créé des "disparités éducatives généralisées", les récentes réformes ont "ouvert la voie à un plus grand nombre de jeunes pour un meilleur accès à l'éducation et à l'égalité sociale".

Source : aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles