MADAGASCAR


Les salésiens luttent contre la pauvreté,
l'analphabétisme et la sorcellerie

Le Père Giovanni Corselli des Salésiens de Don Bosco au travail à Madagascar.
Credit: Salésiens de Don Bosco
 

La pauvreté, une culture rétrograde qui ne soutient pas l'éducation ainsi que le manque d'exposition au monde extérieur sont quelques-uns des facteurs qui font obstacle à l'évangélisation pour les membres de l'Institution religieuse des Salésiens de Don Bosco (SDB) qui exercent leur ministère à Ankililoaka, une région couverte par le diocèse catholique de Moramanga, au sud-ouest de Madagascar.

Le père Giovanni Corselli, membre des SDB qui exerce son ministère dans ce pays insulaire de l'océan Indien depuis environ 40 ans, affirme que les missionnaires dans le pays luttent également contre les cultes et les tabous ancestraux, qui font reculer les gens chaque jour.

"Dans sa structure sociale, la population conserve de nombreuses caractéristiques de la vie villageoise", indique le père Giovanni dans le rapport publié par l'Agenzia Fides, et ajoute : "La plupart des gens ont conservé les traditions de leurs ancêtres et les cultes ancestraux avec des tabous, des croyances traditionnelles et la présence de sorcières qui guident la vie des gens."

L'ecclésiastique SDB d'origine italienne affirme en outre que les croyances de la population, ajoutées à la pandémie de coronavirus qui continue à faire des ravages dans le pays, rendent la vie insupportable pour de nombreuses personnes.

L'Agenzia Fides rapporte qu'actuellement,

Quatre Frères membres des SDB se consacrent à aider les personnes qui vivent dans une pauvreté abjecte dans des domaines tels que l'hospitalité, les services de santé, l'éducation et, surtout, l'espoir.

Le père Giovanni explique que le principal problème auquel sont confrontés les habitants de la région qui vivent de l'agriculture est le manque d'eau.

"Les pluies ont considérablement diminué et pour une population agricole qui attend tout des pluies, il est problématique de joindre les deux bouts", raconte le prêtre dans le reportage, et ajoute : "Cette année, il n'a presque pas plu."

Il raconte que la dernière chose à laquelle les parents pensent est l'éducation de leurs enfants car, dit-il, les parents "n'y pensent même pas, leur attention étant concentrée sur les choses les plus essentielles."

Malgré la présence et l'utilisation des médias sociaux, selon le père Giovanni, la population n'est pas très ouverte sur le monde extérieur.

Cet isolement, explique le membre des SDB, crée des défis pour les missionnaires qui se concentrent sur l'éducation et l'évangélisation, avec l'aide des médias sociaux.

"C'est pourquoi nous essayons d'amener les enfants à étudier, d'éduquer leurs parents et, indirectement, de les orienter vers des activités lucratives de diverses natures afin qu'ils soient autonomes", dit-il.

A Ankililoaka, les Missionnaires SDB gèrent 14 écoles primaires dans les villages avec une population scolaire de 2.599 élèves et un grand collège et lycée avec environ 750 élèves.

En outre, les Missionnaires travaillent avec les Sœurs Trinitaires de Valenza qui gèrent un dispensaire et une école primaire et maternelle avec environ 700 élèves.

"Il est important pour nous d'être proches des gens, toujours", écrit le père Giovanni à l'Agenzia Fides, le service d'information de la Propaganda Fide du Vatican.

"Dans notre communauté, nous nous efforçons de réaliser une œuvre d'évangélisation et de promotion humaine, en essayant d'éduquer les jeunes et la population à travailler ensemble, à s'entraider, en les stimulant à la réflexion et à la recherche de leur autonomie", poursuit-il.

L'ecclésiastique de 78 ans affirme que dans les endroits où il a exercé son ministère sur la deuxième plus grande nation insulaire du monde, il a appris que l'Église, en particulier les missionnaires, sont les plus proches des personnes les plus vulnérables.

"Partout où j'ai travaillé... j'ai pu vérifier que nous sommes un point de référence pour la population et que nous devons l'aider, l'encourager, la soutenir pour que, petit à petit, elle atteigne un degré d'autonomie suffisant, même si l'État ne fait rien pour l'instant et que la population n'a pas confiance dans les structures étatiques", déclare le père Giovanni.

Il ajoute : "Nous ne nous décourageons pas et nous nous en remettons au Seigneur et à la Vierge Marie Auxiliatrice et même si les progrès sont très lents et qu'il semble souvent que nous reculons, nous continuons à nous battre et à encourager la population."

 

ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles