Cameroun


« Soutenez la vérité et adoptez le dialogue »
pour résoudre la crise anglophone,
selon un évêque camerounais

 

Les parties belligérantes impliquées dans la crise prolongée dans les deux régions anglophones du Cameroun doivent rester fidèles à la vérité et donner une chance au dialogue afin de trouver une solution durable au conflit, a déclaré à ACI Afrique un évêque en poste dans l’un des régions en crise.

Dans l'interview du mardi 23 février, Mgr Agapitus Nfon du diocèse de Kumba au Cameroun, situé dans la région du sud-ouest, a invité le gouvernement et les groupes sécessionnistes à "se tenir à la vérité, à embrasser le dialogue et à se considérer comme des frères et sœurs et à accepter les propositions qui renforceront la paix et l'harmonie dans notre pays". 

"Ce qui nous empêche de trouver une solution à cette crise, c'est qu'elle contient tant d'agents du diable et que le diable est le promoteur de mensonges", a déclaré Mgr Nfon, qui a ajouté : "Si nous restons fidèles à la vérité, si nous nous aimons les uns les autres, ce problème pourrait être résolu".

Les gens ont utilisé le conflit pour "s'enrichir, régler leurs comptes et autres maux", a déploré l'évêque camerounais.

Les régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ont plongé dans un conflit en 2016 après qu'une manifestation d'avocats et d'enseignants ait tourné à la violence.

Un mouvement armé de séparatistes revendiquant l'indépendance de la soi-disant république d'Ambazonie est apparu à la suite de la répression du gouvernement contre les manifestants.

Depuis lors, le violent conflit a entraîné le déplacement de plus de 679 000 personnes. Plus de 600 000 enfants n'ont pas pu aller à l'école dans les deux régions, et au moins 3 000 personnes ont perdu la vie au cours des escarmouches qui ont duré quatre ans.

Dans l'interview du 23 février avec ACI Afrique, Mgr Nfon a raconté comment le conflit prolongé a affecté la vie pastorale du diocèse.

"Huit des 21 paroisses du diocèse de Kumba ont été fermé. J'ai été obligé d'emmener les prêtres servant dans ces paroisses dans d'autres régions pour leur sécurité en raison des échanges constants de coups de feu et tous les chrétiens ont été contraints de fuir vers un lieu sûr", a raconté l'évêque de 57 ans. 

Il a en outre déclaré à ACI Afrique que "six autres paroisses fonctionnent timidement. Un dimanche, vous pouvez avoir environ 30, 40 personnes à l'église".

"Nous avons des difficultés financières pour répondre aux besoins de nos paroisses et des prêtres", a déclaré l'évêque.

Malgré ces défis, l'Église a soutenu les gens en répondant aux besoins fondamentaux des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et des groupes vulnérables, a déclaré Mgr Nfon.

"Caritas Kumba a fourni un abri aux personnes déplacées en s'assurant qu'elles ont de la nourriture et des médicaments pour les malades", a-t-il déclaré. 

Mgr Nfon, qui est à la tête du diocèse de Kumba depuis 2016, a ajouté qu'avec le soutien de Caritas Kumba, des campagnes de collecte de fonds ont été organisées pour aider à répondre aux besoins de ceux qui fuient la violence. 

Pour aller de l'avant, il a été dit : "Il doit y avoir un dialogue franc entre le gouvernement, les personnes en prison et les groupes sécessionnistes".

"Plus les parties perdent du temps, plus d'autres groupes vont se présenter et il sera difficile de satisfaire tous ces groupes", a déclaré Mgr Nfon à ACI Afrique lors de l'interview du 23 février.

 

ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles