AFRIQUE

La paix en Afrique, surtout un défi politique selon un missionnaire

Kara (Agence Fides) – « Le Forum sur la paix qui se tient actuellement en France, pour la deuxième fois, avec des chefs d’états africains est une belle initiative pour un continent africain ou rébellion et terrorisme se côtoient continuellement, plongeant les populations dans le désarroi et la pauvreté parfois extrême » indique à l’Agence Fides le Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société des Missions africaines.

« Le Forum nous porte réfléchir sur la nécessité d’une stratégie fondamentale pour relever le défi de la paix en vue d’assoir un développement durable est une chose à saluer et à encourager. Les hommes politiques, au niveau national et international, agissent en majorité en faveur de leurs intérêts et pour demeurer aux affaires longuement. Par conséquent, cette initiative ne peut être fructueuse si les responsables politiques africains et européens ne mettent pas au centre le bien des peuples d’Afrique ».

« Il faut le dire haut et fort, les guerres en Afrique ne viennent pas des populations, mais plutôt des politiques assoiffés de pouvoir et d’argent » explique le Père Zagore. « On ne peut pas se présenter, pendant le jour, aux yeux du monde comme des apôtres de la paix soucieux du bien-être des populations africaines, et pendant la nuit financer des rebellions, soutenir le terrorisme pour déstabiliser les pays afin de piller continuellement les ressources » dénonce-t-il.

« La paix en Afrique est avant tout un défi politique. Nos politiques doivent d’abord vouloir du fond de leurs cœurs la paix afin de pouvoir assoir des politiques qui visent à favoriser la paix elle-même dans nos pays. Tant qu’aux yeux des populations africaines, les actes politiques de nos politiques ne reflèteront pas leurs beaux discours sur la paix, la paix ne restera qu’un vain mot, parce que pour le moment comme dit le psalmiste, « des livres ils bénissent, mais du fond du cœur ils maudissent » (Ps 61).

Le rendez-vous du Forum sur la paix a été institué l’an dernier par la France à l’occasion du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Arrivé à sa deuxième édition en 2019, il a pour thème central la défense du multilatéralisme face à la montée des « égoïsmes nationaux ».

Source:fides.org

Retour à la liste des nouvelles