Togo

Non au financement douteux

 

La Conférence des Evêques catholiques du Togo a publié un message dans lequel elle réaffirme avec force qu’il n’existe aucun financement douteux dans les activités du Conseil Episcopal Justice et Paix.

Dans une déclaration publiée à l’issue de la 122ème Session ordinaire, tenue du 15 au 18 octobre 2019 à Daluag, dans le diocèse de Dapaong, la Conférence des Evêques catholiques du Togo a adressé un message aux fidèles chrétiens de ce pays pour ranimer, en eux, un nouvel élan missionnaire dans l’accomplissement de la mission d’évangélisation reçue au baptême.

Pensée pieuse à la formation des prêtres
Dans ce message, les Evêques du Togo indiquent, d’entrée de jeu, avoir consacré une grande partie de leur session à l’examen de la situation financière de différents séminaires du pays. Ils précisent qu’en raison de la diminution des subsides accordés par le Saint-Siège et du coût de vie du pays, les séminaires du Togo devraient être aidés davantage sur le plan économique. C’est ainsi qu’ils invitent tous les fidèles et les personnes de bonne volonté à prendre à cœur cet appel en soutenant les séminaristes non seulement par la prière, mais aussi matériellement et/ou financièrement.

Appel au respect de la volonté du peuple
L’épiscopat togolais affirme, par ailleurs, avoir analysé la situation sociopolitique du pays qui, au cours de ces derniers mois, a vécu des événements importants de son histoire : les élections législatives qui ont abouti à la constitution d’une nouvelle Assemblée Nationale, les réformes constitutionnelles et institutionnelles, les élections des conseillers municipaux et des nouveaux Maires, ainsi que l’élection présidentielle à venir, en 2020. C’est à cet égard qu’il déplore, d’une part, le climat tendu dans lequel les élections législatives se sont déroulées, et d’autre part, il invite tous les acteurs de la prochaine élection présidentielle à conduire le processus dans la paix, la transparence, la justice et le respect de la volonté des citoyens.

Pour un engagement conforme aux conseils évangéliques
Dans cette perspective, les Evêques togolais exhortent leurs chrétiens à la prière et à ne pas démissionner de leurs engagements sociopolitiques qui font également partie de leur mission de baptisés. Avec les mots du Saint Evêque Oscar Arnulfo ROMERO, rappelés le 04 mars 2019 par le Pape François, ils les invitent à faire de la politique « une vocation de service en faveur du Bien commun ». Pour être un bon politique, signalent-ils, il n’est pas nécessaire d’être chrétien, mais le chrétien qui s’engage en politique a l’obligation de professer sa foi. Et si, ce faisant, un conflit naissait entre la loyauté à sa foi et la loyauté politique, poursuivent les Evêques, le véritable chrétien doit préférer sa foi et montrer que son combat pour la justice est pour la justice du Royaume de Dieu.

Aucun financement douteux dans les activités du Conseil Episcopal Justice et Paix
C’est à cet égard que la Conférence des Evêques catholiques du Togo a démenti les allégations du gouvernement sur l’existence du financement douteux dans les activités de sa commission Justice et Paix. «Nos messages sont dictés par la fidélité à l’Evangile et par la recherche du Bien commun », ont déclaré les Evêques. Cette mise au point fait suite au motif invoqué, il y a quelques mois, par le gouvernement togolais, pour refuser l’accréditation à l’Action chrétienne pour l’abolition de la torture et de la peine de mort, lors des élections législatives de la fin de l’année dernière. Cette organisation et ses partenaires voulaient déployer environ 3. 000 observateurs électoraux à travers le pays, pour le scrutin de 2020.

Source:  vaticannews

Retour à la liste des nouvelles