RD Congo

En RD-Congo, les laïcs catholiques ont marché contre la corruption et l’impunité

Lundi 21 octobre, le Comité laïc de coordination (CLC) une association de laïcs de la RD-Congo reconnue par le diocèse de Kinshasa, a organisé une manifestation pour protester contre la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice.

En 2017 et 2018, ce collectif s’était fait connaître pour les marches de protestation qu’il avait organisées pour empêcher l’ancien président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.

Sous l’égide du Comité laïc de coordination (CLC), des milliers de personnes ont marché, lundi 21 octobre, dans les rues de Kinshasa pour protester contre la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice. «Le point de départ est l’indignation suscitée par le détournement de manière publique de 15 millions de dollars, a expliqué l’historien Isidore Ndaywel, un des responsables du CLC. Rien de concret n’est envisagé pour punir ce crime. De plus, les enquêtes dites indépendantes sont presque toujours sans lendemain.»

En juillet, une enquête de l’Inspection générale des Finances (IGF) qui parle d’«irrégularités» a révélé que 15 millions de dollars de fonds publics n’ont pas été versés au Trésor public, mais sur un autre compte. Une information qui avait suscité une grande indignation au sein de la population congolaise.

Selon Ndyawel, la manifestation du 21 octobre est la première de la croisade que comptent mener les laïcs catholiques congolais contre la corruption et l’impuissance de la justice. «La croisade ne se fixe pas une limite dans le temps; elle se propose de fédérer les différentes initiatives qui pourraient être prises pour conforter cette lutte», précise-il encore.

En 2017 et 2018, le Comité laïc de coordination s’était rendu célèbre en organisant de grandes manifestations pour exiger que l’ancien président Joseph Kabila ne brigue pas un troisième mandat – qui aurait été anticonstitutionnel. Pendant trois dimanches: le 31 décembre 2017, le 21 janvier 2018 et le 25 février 2018, les laïcs et prêtres avaient manifesté après les messes dominicales pour demander l’alternance politique. Les manifestations avaient été réprimées dans le sang, faisant au moins 15 morts mais les laïcs avaient obtenu gain de cause: Joseph Kabila avait renoncé à un troisième mandat présidentiel.

La manifestation du 21 octobre
La manifestation du 21 octobre, la première sous l’ère Félix Tshisekedi, investi président en janvier, n’a pas drainé autant de monde que les marches anti-Kabila. Elle a mobilisé 50 000 personnes, selon les organisateurs. Contrairement aux marches anti-Kabila, elle a été autorisée et encadrée par les autorités de Kinshasa.
Sur les tee-shirts et banderoles des manifestants, il était surtout question du détournement des 15 millions de dollars de fonds publics.

«Nous nous opposons au vol, que les 15 millions de dollars retournent dans la caisse de l’État», arboraient certains tee-shirts. «Non à l’impuissance de la justice», «où sont nos 15 millions de dollars?» renchérissaient des banderoles.

Lucie Sarr

Source:africa.la-croix.com

Retour à la liste des nouvelles