Africa


LES ÉPISCOPATS D’AFRIQUE FACE AUX VACCINS CONTRE LE COVID-19

10-13 novembre 2004 : ouverture du premier symposium d'évêques africains et européens, organisé par le Conseil de Conférences épiscopales européennes (CCEE)
et les Conférences Épiscopales de l'Afrique et du Madagascar (SECAM), à Rome. Mgr Amédée Grab, évêque de Coire en Suisse, et Président du CCEE, Rome, Vatican.

Plusieurs épiscopats africains se sont prononcés sur les vaccins contre le Covid-19 alors que les campagnes de vaccination ont commencé début mars dans le continent.

Ghana, Kenya, Malawi, Sénégal… Dans certains pays africains, l’épiscopat déjà très engagé dans la lutte contre le Covid-19 s’est prononcé sur les vaccins. Alors que les campagnes de vaccination ont été lancées, début mars, dans la plupart des pays du continent, ces prises de position interviennent dans un contexte général de méfiance envers les vaccins.

Si certains épiscopats africains comme ceux du Ghana et du Kenya ont réservé un accueil enthousiaste à AstraZeneca et autres vaccins sur le marché, d’autres comme ceux du Togo et de la Côte d’Ivoire sont plus circonspects.

Adhésion à la campagne de vaccination

Dès le 3 mars, les évêques ghanéens ont encouragé « les prêtres, religieux et religieuses et tous les fidèles du Christ, ainsi que tous les Ghanéens » à se faire vacciner. « Lorsqu’on accepte le vaccin, on ne se protège pas seulement contre la maladie, mais on protège aussi les autres en arrêtant la transmission » ont-ils insisté. Face aux rumeurs selon lesquelles « le vaccin peut transmettre la maladie du Covid-19, causer l’infertilité, changer l’ADN, est la marque de bête dont parle Apocalypse 13,16-17 », les évêques ghanéens rétorquent que « si le gouvernement n’était pas sûr de la sécurité et de l’efficacité des vaccins, il n’aurait pas donné la priorité à lui-même et aux travailleurs de la santé qui sont en première ligne et tellement importants en ce moment crucial. »

Même son de cloche du côté de l’Église kényane. Dans un message publié le 9 mars, la Conférence épiscopale de ce pays d’Afrique de l’Est a durement réprimandé l’Association des médecins catholiques qui avait déconseillé aux fidèles de se faire vacciner. « Un vaccin contre le Covid-19 est inutile et ne devrait pas être administré avait déclaré, au nom de cette structure, le 3 mars, le Dr Stephen Kimotho. Nous appelons tous les Kényans à éviter de recevoir ce vaccin ». « Il faut comprendre que ces médecins ne peuvent pas et ne doivent pas prétendre parler au nom de l’Église catholique », s’est indigné l’épiscopat kényan qui estime qu’il est « licite et éthiquement acceptable de recevoir tous les vaccins contre le Covid-19 que le ministère de la santé reconnaît comme cliniquement authentique, sûr et efficace ».

Vaccination comme acte de charité

Les évêques kényans vont même plus loin dans leur défense des vaccins. En l’absence, d’autres moyens pour arrêter ou prévenir la pandémie de Covid-19, ils estiment que le bien commun appelle à la vaccination « principalement pour protéger les plus faibles et les plus exposés ». À leurs yeux, la réception des vaccins disponibles contre le Covid-19 devrait être comprise « comme un acte de charité envers les autres membres de la communauté et considérée comme un acte d’amour de notre prochain et une partie de notre responsabilité morale pour le bien commun ». La vaccination comme acte de charité est également promue par l’épiscopat malawite dans une déclaration rendue publique le 11 mars. À ses yeux, il s’agit d’« un acte de charité envers les autres membres de la communauté, un acte d’amour envers nos voisins et une responsabilité morale pour le bien commun, alors que nous continuons tous à adhérer aux mesures préventives du Covid-19 ».

Au Sénégal, si la Conférence épiscopale n’a pas publié une déclaration commune, certains évêques ont encouragé les populations à se faire vacciner. « À l’entame du Carême, nous avions prié pour endiguer cette maladie, avec l’arrivée du vaccin, nous pouvons dire que nos prières sont exaucées », s’est ainsi enthousiasmé l’archevêque émérite de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr, le 26 février, après avoir reçu sa première dose de vaccin. De leur côté, les évêques de Thies (ouest) et de Kaolack (centre) ont invité les fidèles à se faire vacciner pour se protéger et protéger les autres.

Prudence

Il faut cependant préciser que même les épiscopats qui militent en faveur de la vaccination insistent sur la nécessité de ne pas imposer la vaccination. C’est le cas des épiscopats kényans et ghanéens. D’autres conférences épiscopales ont des messages assez prudents sur la vaccination.

Au cours de leur session plénière qui s’est déroulée du 23 au 26 février, les évêques togolais se sont penchés sur la pandémie de Covid-19. À cette occasion, soulignant la méfiance des populations face aux vaccins, ils ont exhorté « le gouvernement à donner les informations et explications appropriées ».

De son côté, Mgr Ignace Bessi, président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire, interrogé, le 15 mars, sur la question des vaccins par la Radio nationale catholique n’a pas donné de consignes estimant n’avoir pas l’expertise nécessaire pour le faire. « Ceux qui jugent nécessaire de se faire vacciner pour se protéger et protéger les autres peuvent le faire mais l’Église n’a pas l’expertise nécessaire pour se prononcer sur cette question, a-t-il affirmé. Je suppose que l’État détient cette expertise et que les vérifications nécessaires ont été faites ».

Lucie Sarr

Source: africa.la-croix

Return to the list of news