ETHIOPIE

 ETHIOPIE - De la nécessité d’une ré-évangélisation au travers de méthodes 
nouvelles et de moyens numériques selon les Evêques de l’AMECEA

Addis Abeba (Agence Fides) – « En tant qu’Evêques de l’AMECEA, nous sommes attristés par la réalité de la dissonance de la foi chrétienne et des valeurs de l’Evangile parmi nos chrétiens face à toutes les actions qui minent la diversité vibrante, l’égale dignité, l’unité pacifique et le développement humain intégral. Conscients de la réponse négative aux valeurs de l’Evangile, nous voyons la nécessité d’une ré-évangélisation. La ré-évangélisation doit se baser sur la communion avec Dieu. Elle doit purifier et évangéliser la culture et par suite requiert de nouvelles méthodes et des instruments numériques ». Tel est le point conclusif du document final de la XIX° Assemblée plénière de l’AMECEA qui s’est tenue à Addis Abeba du 13 au 23 juillet. L’Association des Membres des Conférences épiscopales d’Afrique de l’Est réunit les Conférences épiscopales d’Erythrée, d’Ethiopie, du Kenya, du Malawi, du Soudan et Soudan du Sud, de Tanzanie, d’Ouganda, de Zambie, alors que Djibouti et la Somalie sont affiliés (voir Fides 16, 17 et18/07/2018).

Dans le communiqué final, adressé « à la famille de Dieu qui est dans la région de l’AMECEA et à toutes les personnes de bonne volonté », les Evêques affirment être « déterminés et inspirés à aller de l’avant avec confiance et solidarité en ce qui concerne des questions pastorales et sociales d’intérêt commun dans notre région ». Ils citent par la suite une série de thème, en partant de la diversité qui caractérise la région de compétence de l’AMECEA, reconnaissant « cette diversité comme une réalité positive à aimer et qui ne doit pas causer de divisions. En tant que Pasteurs, nous condamnons donc fermement toute forme de manipulation des différences existant dans notre région qui mine la dignité de la personne humaine… nous condamnons aussi fermement la diversité ethnique considérée de manière négative qui divise nos sociétés ».

Réaffirmant ce qu’indique le Concile Vatican II, les Evêques font appel « à tous les catholiques et aux personnes de bonne volonté afin qu’ils promeuvent, défendent et soutiennent l’égale dignité humaine de toute personne, créée à l’image de Dieu. Par conséquent, le développement socio-économique, politique et culturel de la société est intrinsèquement lié à la dignité humaine ». Le développement humain intégral ne doit dans tous les cas pas être limité au seul aspect économique mais, « pou être authentique, il doit se concentrer tout d’abord sur la personne humaine et doit en couvrir tous les aspects de la vie, les orientant vers le bien commun ».

Ils expriment par suite leur joie pour les progrès en direction de la paix et pour le dialogue entrepris par l’Ethiopie et l’Erythrée : « Alors que ce processus de réconciliation se poursuit, l’Eglise catholique exhorte les parties intéressées à garantir que la justice et la paix soient restaurées et que les peuples de ces pays soient impliqués dans le processus, leurs voix écoutées et que les prisonniers retournent dans leurs familles. Les progrès accomplis par les responsables de l’Ethiopie et l’Erythrée montrent que les africains ont la sagesse de résoudre leurs problèmes à l’amiable ». Le cœur se réjouit en outre pour les progrès concernant les négociations de paix au Soudan du Sud. « Nous continuons à prier pour la résolution rapide du conflit de manière à alléger la souffrance de la population et de mettre un terme à la perte de vies innocentes ».

Conscients de la position critique dans laquelle se trouve la famille, cellule fondamentale de l’Eglise et de la société, soumise à tant de défis, les Evêques réaffirment leur soutien aux programmes de formation et à l’assistance pastorale des familles à tous les niveaux.

Un paragraphe du document est dédié aux moyens de communication numériques : « Conscients des pas très positifs accomplis dans l’Evangélisation au travers des moyens de communication de masse, nous recommandons les efforts faits pour investir dans la création de contenus catholiques interactifs sur les sites Internet diocésains et paroissiaux, ainsi que sur les plateformes des réseaux sociaux, des radio catholiques, des télévisions et des journaux en tant que moyens d’évangélisation… Dans le même temps, tout en reconnaissant le rôle des moyens de communication dans le processus de développement humain intégral, nous exhortons les professionnels des moyens de communication à être responsables, crédibles et soigneux dans la préparation et la diffusion des informations en direction de la société ».

Une attention particulière doit par ailleurs être réservée aux jeunes, à l’environnement et à la collaboration avec les agences de développement humain intégral. Reconnaissant que la région de l’AMECEA « est une maison pour de nombreux migrants, évacués et réfugiés », à cause du « manque de respect de la diversité, les droits fondamentaux et le développement économique inclusif », les Evêques soutiennent « les initiatives pastorales et le ministère du Pape François vis-à-vis des migrants et des réfugiés et de leurs préoccupations ».

Dans la partie conclusive, est soulignée l’urgence de constituer des universités catholiques et des instituts d’enseignement supérieur, de former des laïcs destinés à servir d’exemple en termes d’intégrité face à la corruption rampante et de garantir la protection des mineurs dans toutes les structures gérées par l’Eglise.

Source :  fides.org

Retour à la liste des nouvelles