SENEGAL

 SENEGAL - Une Paroisse engagée en faveur du micro crédit pour les femmes

Dakar (Agence Fides) – Une initiative de micro crédit destinée aux femmes rend actuellement autonome une communauté. Grâce à de menus prêts, la Paroisse de Palmarin devient actuellement un modèle de coopération pour le Sénégal. Tout a commencé voici 15 ans au travers d’un projet lancé par l’ISCOS, ONG promue par un syndicat italien, la CISL. Les responsables entrèrent alors en contact avec la Paroisse de Palmarin, composée de cinq villages. La communauté locale vivait de pêche et par suite se décida à soutenir les pêcheurs et leurs épouses. Furent ainsi données des pirogues à moteurs, des filets et du matériel divers. Des centres de séchage de poisson furent installés et les femmes furent aidées à améliorer la récolte du sel.

« Au fil du temps – explique le responsable du projet pour ISCOS, Dario Roncon – à ces interventions ont fait suite d’autres projets, plus structurels. Nous avons créé un magasin pour stocker et vendre les produits de la pêche et de l’agriculture. Nous avons donné vie à deux moulins pour broyer le mais et décortiquer le mil. Nous avons également construit une écoles maternelle, aujourd’hui fréquentée par 150 enfants, catholiques et musulmans, ainsi qu’un centre qui est utilisé pour le commerce et les fêtes ».

La communauté se trouve dans une splendide réserve naturelle, à la confluence des fleuves Sin et Saloum. Ont ainsi été organisés des cours pour des guides écologiques. « Ces personnes – continue le responsable du projet – nous aident à contrôler la situation de la réserve et à accompagner les rares touristes dans la zone. Ils jouissent par suite d’un petit revenu qui les aide à vivre. Il s’agit là d’un petit pas mais notre objectif est de rendre l’ensemble du projet autonome ».

En compagnie du Curé, qui est devenu entre temps responsable du projet sur place, les opérateurs de l’ISCOS commencent à explorer la possibilité de mettre en place un système de micro crédit.

La micro finance se diffuse actuellement aussi en Afrique. Sur un continent où moins de 20% des familles a accès à des services formels, les petits prêts alimentent l’économie locale. Selon les données des institutions de micro finance du Mix Market, le continent africain a l’une des bases connaissant la croissance la plus rapide. Les institutions africaines de ce type ont en effet connu une croissance exponentielle de 1.312% entre 2002 et 2014. Au cours de la période en question, le montant total des prêts octroyés est passé de 0,6 à 8,5 G€, sachant qu’il intéresse au total 8 millions de personnes.

La Paroisse de Palmarin et l’ISCOS créent des coopératives féminines et leur confient 3.000 €uros. « Ces coopératives fournissent un crédit seulement aux femmes associées – continue le responsable du projet. Il s’agit de prêts de quelques dizaines d’€uros mais qui permettent aux femmes de lancer de petites activités commerciales ou artisanales. Ce qui doit être souligné est que ces prêts sont restitués dans 99% des cas et une partie de ces remboursements est mise de côté. Ainsi aujourd’hui, les coopératives disposent d’un patrimoine supérieur à son montant initial ». Le surplus est géré en faveur de la Paroisse ou des besoins humanitaires. « Le projet est en route vers l’autonomie - conclut Dario Roncon. Un pas en avant pour les femmes du lieu et pour toute la communauté ».

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles