Afrique

AFRIQUE - Famine Eucharistique : un défi pour l’Eglise d’Afrique

« L’Eucharistie demeure essentiellement le cœur de l’activité missionnaire de l’Eglise. Sans ce cœur rien ne peut être accomplis. Comme dit Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, l’Evangile ne peut être annoncé, les malades ne peuvent êtres consolés et guéris, le monde ne peut être conduit au royaume des cieux ». C’est ce qu’explique à l’Agence Fides le Père Donald Zagore, Théologien ivoirien de la Société des Missions africaines. « La raison d’être de la mission est l’Eucharistie. C’est à juste titre que Jean Paul II a affirmé que « l’Eglise vit de l’Eucharistie ». Sans l’Eucharistie, l’Eglise n’a plus sa raison d’être. Et pourtant, sans être responsables de cette situation dramatique, bon nombres de communautés chrétiennes en Afrique et dans le monde restent des années durant sans Eucharistie par défaut de prêtres ».

« Il faut le dire avec force – souligne le Père Zagore – beaucoup de communautés chrétiennes en Afrique et dans le monde sont contraintes à la famine eucharistique, à l’impossibilité de la communion sacramentelle, sans toutefois exagérer, on pourrait même parler de forme d’excommunication involontaire ».

Dans cette perspective, il indique qu’il est « plus que jamais nécessaire afin d’apporter une réponse salutaire à ce problème pastoral qui non seulement porte gravement atteinte à l’activité missionnaire de l’Eglise d’Afrique, mais aussi vide nos communautés chrétiennes. Sans réponses concrètes à leurs situations, nos fidèles se tournent vers d’autres réalités religieuses ».

« En plus de prier le maître de la moisson, pour qu’il suscite des ouvriers à sa moisson comme nous le recommande l’Evangile, des actions concrètes peuvent être entreprises pour apporter des réponses concrètes à cette question. L’une des pistes les plus plausibles aujourd’hui est de travailler à la formation de laïcs (catéchistes ou ministre de l’eucharistie) en vue de la célébration de l’Eucharistie dans des communautés affamées et assoiffées d’Eucharistie » conclut le Père Zagore.

Source :  fides.org

Retour à la liste des nouvelles