ETHIOPIE

Paris (Agence Fides) - SOS Villages d’Enfants est une organisation laïque et apolitique. Interpellée sur l’accueil des enfants chrétiens au Village SOS de Gode, en Ethiopie (voir Fides 04/01/2018), l’ONG a réaffirmé son engagement et son respect des cultures, des religions et du credo des enfants accueillis dans les différentes structures dont elle dispose de par le monde, conformément à l’Article 14 de la Convention internationale sur les Droits de l’Enfant. L’intervention de SOS Villages d’Enfants France arrive suite aux informations parvenues à l’Agence Fides concernant des conversions forcées à l’islam d’enfants chrétiens de la communauté de Gode, dans la région somalienne de l’Ethiopie.

« Il n’y a jamais eu de conversion forcée d’enfants de quelque religion que ce soit dans un village d’enfants SOS – peut-on lire dans le communiqué parvenu à Fides. Au village d’enfants SOS de Gode, créé en 2004 pour sauver des enfants en danger dans une région, proche de la frontière avec la Somalie, où régnait le chaos, la priorité a été de mettre tous les enfants en sécurité. Certains, abandonnés, inconnus et sans aucun papier, nous étaient confiés dans des situations d’extrême urgence. Dans ces circonstances, la question de leur appartenance religieuse n’a pas pu être approfondie au moment où leur placement devait être décidé pour sauver leur vie. Ainsi, 14 enfants dont la confession chrétienne a été reconnue a posteriori ont été accueillis entre 2004 et 2007 par une mère SOS musulmane comme toutes l’étaient alors dans cette région » continue l’ONG.

« Les 14 enfants ont grandi au village SOS de Gode. Depuis 2014, ils ont été entendus à plusieurs reprises. Il a été rappelé à chacun qu’il pouvait bénéficier du soutien de l’organisation dans la pratique de sa foi ou sa conversion à la religion chrétienne. Ils ont dit ne pas souhaiter se convertir au christianisme, ce que nous respectons » peut-on encore lire dans la note.

« L’enseignement coranique n’a jamais été intégré au programme des écoles SOS. La construction d’une salle de prière a été financée par des dons locaux et en aucun cas par SOS Villages d’Enfants. Elle a été construite dans l’enceinte du village d’enfants SOS, ce qui contrevient en effet à nos principes d’indépendance et de laïcité, et n’aurait jamais dû être accepté. Elle est aujourd’hui fermée. SOS Villages d’Enfants suit de près un projet de construction d’une mosquée à l’extérieur du village d’enfants SOS. Ce projet est en attente des fonds nécessaires de la communauté locale et accueillera les enfants et le personnel de religion musulmane souhaitant s’y rendre. Les enfants chrétiens ont les mêmes droits au respect de leur conviction et pratique religieuses que les autres. Nous avons pris toutes dispositions pour que les enfants chrétiens devant être pris en charge puissent être accueillis par une famille chrétienne d’ores et déjà identifiée.

Aujourd’hui, remarque le texte parvenu à Fides, le Village SOS de Gode « accueille 120 enfants issus de situations de détresse dans un cadre bienveillant et respectueux, soutenu par les autorités locales. Une rencontre permettant des échanges attentifs et sereins a été organisée en octobre 2017 entre le représentant de SOS Villages d’Enfants International, les responsables de l’organisation pour l’Ethiopie et l’Evêque de la région de Harrar, dans un esprit de tolérance mutuelle et de dialogue positif. L’objectif partagé était de tout faire pour éviter de reproduire dans le village SOS de Gode les conflits qui déchirent la région depuis des années dont les enfants sont souvent les premières victimes ».

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles