AFRIQUE

 AFRIQUE : TIMIDE LUTTE CONTRE LA PROLIFÉRATION DES ARMES LÉGÈRES

Pistolets, Kalachinkov,….Dans les pays en paix comme dans les zones en conflits, la circulation des armes légères reste la principale menace contre la sécurité en Afrique. Mais, les politiques d‘éradication du phénomène semblent faibles.

À quoi servent ces armes légères 640 millions d’armes en circulation, soit une pour dix personnes à travers le monde ? Et l’Afrique dans tout ça ? Les rares données pour l’Afrique évoquaient en 2017 « environ 8 millions d’armes légères en circulation en Afrique de l’ouest », d’après un chercheur de l’Alliance pour Refonder la Gouvernance en Afrique (ARGA), une ONG.

Et dans les quelque 500 000 personnes tuées chaque année au moyen d’armes légères, il y a forcement des Africains. Dans plusieurs villes africaines, l’insécurité est aujourd’hui alimentée par des gangs comme « Bébés noirs » au Congo, « Axe men » au Mozambique ou « Microbes » en Côte d’Ivoire qui tuent et braquent des citoyens.

Il faut alors lutter contre la prolifération des armes légères dans le continent. Et la lutte passe d’abord par la destruction. Ainsi que recommande l’ONU qui a institué en 2001 la journée internationale de la destruction des armes légères. « À l’occasion de la Journée internationale de la destruction des armes légères, des victimes de la violence par les armes procèdent à la destruction d’armes aux quatre coins de la planète », souligne le site « journee-mondiale.com.

Indifférence notoire
Mais, « C’est quoi cette journée ? En tout cas, je n’en sais rien », confiait récemment un responsable de la police d’un pays africain. Une réponse qui semble symptomatique d’une sorte d’indifférence des pouvoirs publics à ce phénomène. Au Congo par exemple, le ramassage d’armes dans le Pool annoncé en mars dernier peine à commencer, à en croire des médias locaux.

«Or, étant donné que pour chaque arme détruite, dix sont produites, les efforts déployés par le citoyen lambda sont minés par le refus d’agir des gouvernements : pour chaque pas en avant, on recule de dix», recommandait Barbara Stocking, ancienne directrice générale d’Oxfam International, coalition d’ONG internationale agissant « contre les injustices et la pauvreté ».

Source :  afriquemedia

Retour à la liste des nouvelles