LIBERIA

 

LIBERIA - Appel à la patience vis-à-vis du nouveau Chef de l’Etat de la part de l’Evêque de Gbarnga

Rome (Agence Fides) – « Le nouveau Président a été élu par les jeunes qui se sentent négligés par les responsables nationaux » déclare S.Exc. Mgr Anthony Fallah Borwah, Evêque de Gbarnga et Président de la Conférence épiscopale du Liberia, dans un entretien accordé à l’Agence Fides à l’occasion de la visite Ad limina.

« George Weah représente une histoire de succès pour ces jeunes. Il a été voici à peine six mois, un court laps de temps pas facile pour lui, dans la mesure où il a dû apprendre à faire le Président rapidement, parce que la population est impatiente. Les plaintes ont commencé à fleurir. Cependant, il faut expliquer à la population et en particulier aux jeunes que le Président a besoin de temps pour offrir des résultats concrets ».

L’ancien footballeur a été élu Président du Liberia au second tour des élections présidentielles, le 26 décembre dernier (voir Fides 29/12/2017).

« En tant qu’Eglise, nous cherchons à aider le Président mais les défis sont importants » déclare Mgr Borwah. « Parmi ceux-ci se trouve en premier lieu la pauvreté et le chômage qui frappent une bonne partie de la population. La situation économique est extrêmement grave notamment à cause des conséquences de l’épidémie d’Ebola qui a mis à genoux l’économie du pays. La sensation de désespoir qui habite de nombreux jeunes leur a fait entrevoir en George Weah la seule espérance pour l’avenir mais il faut lui donner le temps nécessaire pour agir ! » souligne Mgr Borwah.

« Je crois que le Président Weah doit sélectionner une bonne équipe de gouvernement – indique le Président de la Conférence épiscopale libérienne. En effet, nous avons vu qu’au cours de ces quelques mois ont eu lieu des problèmes avec certaines personnes qu’il avait sélectionné pour entrer au gouvernement à cause de leur manque de préparation. Le Président veut faire place aux jeunes, un désir compréhensible. Cependant, il n’est pas possible de construire une équipe de gouvernement avec des jeunes, même enthousiastes, qui ne disposent pas de la nécessaire préparation pour faire face à des devoirs aussi lourds. Mieux vaut alors faire un mélange de jeunes et de personnes mûres et expérimentées. Le Chef de l’Etat a besoin de beaucoup de sagesse pour sélectionner son équipe. Je le répète : en tant qu’Eglise, nous sommes ouverts pour travailler avec les autorités de l’Etat et offrir nos conseils pour le bien du pays ».

« D’autre part, G. Weah est un brave homme qui a un programme politique correct, conforme à la Doctrine sociale de l’Eglise, qui fait de l’option préférentielle pour les pauvres sa pierre angulaire » affirme Mgr Borwah.

A propos de la situation de l’Eglise, l’Evêque souligne que « au Liberia, nous sommes trois Evêques qui, malgré la pauvreté et les difficultés importantes, oeuvrons en étroit contact et en harmonie et lorsque les fidèles voient leurs Pasteurs unis et compacts, ils les suivent. Nous, Evêques, sommes actuellement un exemple d’unité, de réconciliation et de paix dans un paix encore blessé par la longue guerre civile qui s’est achevée en 2003 ».

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles